La beauté et le culte du corps

« L’apparence de quelqu’un se complète toujours d’une large part qui est laissée à sa discrétion, qui tient à sa présence, à sa manière de se comporter, de parler, d’agir, de laisser transparaître sa personnalité, son histoire, sa conception de la vie. Cette part mouvante, insaisissable, tellement liée au physique qu’on ne peut jamais distinguer clairement ce qui relève de l’un ou de l’autre, peut soit venir confirmer une beauté ou une laideur physique par une beauté ou une laideur morale, soit susciter un intérêt que le physique seul n’avait pas éveillé, soit, au contraire, dissiper brutalement le respect suscité au premier abord par la beauté. Et c’est elle qui est décisive. »

Mona Chollet, 4 octobre 2006 (la totalité du texte sur http://www.peripheries.net/article225.html?var_recherche=Le+culte+du+corps)

Je le dis et le répète, l'objectif de ce site n'est pas d'instrumentaliser son corps pour correspondre aux exigences de la société. La beauté est avant tout une affaire personnelle. Apprendre à se connaître, à prendre soin de soi, à s'apprécier, là sont les clés d'un embellissement réussi. Etre beau, c'est avant tout être soi. Par exemple, on ne maquille pas seulement les yeux ; on met en avant son regard, son individualité, son humanité.

Bien entendu, aujourd'hui être beau facilite la vie; et "ne pas prendre soin de soi" est considéré comme une négligence, ou pire, un aveu de faiblesse. C'est plus compliqué de ne pas correspondre aux normes, et nous sommes inégaux face à cette exigence-là.

Le poids en est l'exemple le plus parlant : si les habitudes de vie, les gènes, les mécanismes naturels de régulation jouent sur notre poids, nous sommes tout de même tenus d'avoir une certaine corpulence, en deux mots : être mince. Ceux qui ne le sont pas "manquent de discipline" ou "mais soyez tolérants voyons, il est malheureux/est trop stressé/travaille trop/n'a pas confiance en lui". Bref, le poids est accusé de tous les maux.

Mais on pourrait faire un parallèle avec la façon de s'habiller : aujourd'hui, être mal habillé ou mal peigné, c'est presque (je le dis en plaisantant, mais certains le pensent!) du manque de respect pour autrui.

Je ne suis pas là pour prendre parti, en tant que chantre de la beauté je considère que c'est "toujours mieux" de se sentir belle/beau. Mais je constate simplement que nous subissons une pression énorme. Et je trouve ça injuste que la société s'en mèle de cette façon, parce qu'il s'agit de notre corps, de notre liberté, de nos atouts. En outre, les définitions de la beauté sont infinies, tout comme il y a une infinité d'humains. Certains créateurs l'ont compris en se mettant à la recherche de défauts sublimes plutôt que de beautés standardisées. 

La beauté que l'on retient, c'est celle que l'on habite.

Bonne lecture ! 

Commentaires (1)

1. Charlène 15/06/2012

C'est tellement beau et VRAI l'extrait de Mona Chollet que tu as reproduit... Merci :)

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.